L'Auto Accompagnement en Pleine Présence
avec les petits maux physiques

par Barbara McGavin

J’utilise l’Auto Accompagnement avec le rhume, l’eczéma, les piqûres d’insectes et d’autres petits maux physiques. Je sais que ce ne sont pas des choses importantes dans le monde des maux physiques ; de toute façon, je suis plutôt en bonne santé. Je me suis demandé pendant longtemps pourquoi il était nécessaire de faire la distinction entre différents types de sensations corporelles (comme dans « Ceci est un ressenti corporel qui veut me communiquer quelque chose » et « C’est juste une indigestion ou un ecchymose »). Donc, j’ai décidé de traiter toutes mes sensations corporelles comme des expressions possibles de mon corps, même si rien ne se produit. J’utilise l’Auto Accompagnement de manière à nous relier à notre expérience corporelle comme si c’était quelqu’un ayant une intelligence, des émotions, une raison, une sagesse. Donc lorsque je commence à ressentir un rhume qui démarre – j’ai un ressenti d’irritation dans le fond de ma gorge – je me tourne vers Cela comme si c’était quelqu’un qui veut mon attention. Je le salue (parfois je lui dis même bonjour) et je commence à le ressentir toutes ses caractéristiques. Je ressens le maximum de détails possible, passant un peu de temps à le décrire. La description à ce stade se fait par des mots comme : ça gratte, derrière la gorge presque dans mon nez, ça pique, etc.

Bien que la description soit importante, le point qui semble magique – c’est-à-dire que si cela arrive, le symptôme tend à disparaitre très rapidement (en quelques minutes généralement) – c’est quand je peux ressentir la qualité émotionnelle que cela contient en soi. Et cela demande que je ressente avec empathie comment cela se sent. C’est très différent du fait de ressentir comment je me sens vis-à-vis de cela. Je peux me sentir irritée ou inquiète d’avoir un rhume – mais cela peut se sentir fatigué, triste ou en colère à propos de quelque-chose. Je dois souligner que je ne cherche pas à trouver du sens ici – je ressens cet endroit et j’observe ce qui vient alors que je suis assise avec cela et que je lui tiens compagnie. La clé semble vraiment de capter le ressenti émotionnel dans la sensation corporelle. Les choses bougent tellement vite lorsque cela arrive.
Une autre petite histoire : lorsque j’étais dans le Maryland il y a environ deux ans, nous étions à l’ombre d’un beau bosquet d’arbres– et j’ai fini piquée par des moustiques et je ne sais quoi d’autre. Je n’avais pas vécu dans un pays où j’avais été suffisamment piquée pour avoir une quelconque immunité naturelle depuis vingt ans. La dernière fois que des moustiques m’ont piquée, il y a environ un an, j’ai eu des énormes zébrures blanches partout qui m’ont démangées pendant des jours. Les piqûres ont commencé à me démanger et j’ai décidé de voir si l’Auto Accompagnement pourrait faire quelque chose. Donc j’ai ressenti en elles et j’ai pu percevoir que dans et derrière chaque endroit qui démangeait, il y avait un sentiment d’intense irritation. C’était comme si mon corps criait « retire-les moi ! ». J’ai ressenti ça, et j’ai vraiment reconnu combien ma peau se sentait irritée par ces piqûres. J’ai eu l’impression que la réaction histaminique était une tentative pour obtenir que les piqûres se retirent. Environ cinq minutes plus tard, j’ai baissé les yeux et les petites marques rouges qui avaient commencé à se former avaient disparues – et je n’avais plus de démangeaisons.

Il n’y a qu’une sorte de blessure assez importante avec laquelle j’ai utilisé cela – une mauvaise entorse de la cheville (le médecin m’avait dit que je ne pourrais pas du tout marcher pendant environ deux semaines). J’ai tenu compagnie à mon entorse en Auto Accompagnement de la même façon que je l’ai décrit précédemment. J’ai ressenti que cela se sentait vraiment vulnérable et voulait que je sois très douce avec. L’image que j’avais était celle d’un enfant en pleurs qui avait besoin de réconfort et de soin. Je lui ai demandé de quel type de soins cela avait besoin, et j’ai essayé de lui donner ce qu’il demandait. J’ai marché dans les quatre ou cinq jours, et ça a été pratiquement complètement guéri dans les trois semaines.

Si j’ai travaillé très dur durant la journée sans écouter suffisamment mon corps, le soir parfois je me sens sollicitée à l’excès et je me sens à bout. Lorsque cela arrive, je m’arrête et je ressens simplement la fatigue – comment cela vit dans mon corps, là maintenant. Ça peut me prendre cinq minutes pour faire ça. Plutôt que d’essayer de me calmer de toutes les façons possibles, je m’abandonne à cela pour cette fois. Je ferme les yeux et je ressens en détail où c’est dans mon corps, comment cela se sent, et je reste ouverte à toutes les significations qui pourraient venir, mais à ce moment-là je ne fais rien d’autre que reconnaître cela comme c’est et lui dire que je suis ouverte. En général, après environ cinq minutes, je me sens considérablement revigorée. Je ressens alors si c’est ok de continuer ou si je dois m’arrêter pour aujourd’hui.
Alors que j’expérimentais cette approche des « symptômes physiques » depuis quelques années, quelque-chose de plus profond et plus important a eu lieu, que simplement avoir une façon respectueuse d’intercéder lorsqu’un rhume commence. Ça concerne vraiment la disparition de la scission entre « corps subtil » et « corps mécanique ». Cela a des impacts sur ma vie aux niveaux les plus profonds. Ce serait facile d’utiliser cela comme une technique pour guérir les symptômes physiques et louper ce qui est important ici. Le sujet n’est pas de soulager les symptômes physiques ; c’est un bénéfice, mais c’est un effet secondaire. Je fais cela pour me sentir unifiée et pour renforcer en moi l’expérience de l’incarnation subtile. C’est tellement contraire à comment notre culture voit et traite le corps que j’ai besoin de multiples expériences pour contrecarrer cela, afin d’appréhender dans ma chair cette vérité différente. Alors chaque fois que j’expérimente quelque-chose qui pourrait être vu juste comme un symptôme physique, maintenant je me tourne vers lui comme vers une personne sensible qui essaie d’attirer mon attention pour de bonnes raisons.

Des questions, besoin d'en savoir plus ? Nous contacter...