10 façons d'utiliser l'Auto Accompagnement en Pleine Présence
dans la vie quotidienne

Par Ann Weiser Cornell

Au début, lorsque j’ai appris l’Auto Accompagnement en pleine présence, je ne le faisais qu’à des moments particuliers au cours de la semaine. Lorsque je m’asseyais avec mon partenaire d’Auto Accompagnement et que c’était mon tour, j’amenais mon attention à l’intérieur et ressentais ce qui demandait mon attention à ce moment-là.
Souvent, ce qui voulais mon attention était un ressenti à propos de quelque-chose qui s’était passé plus tôt. Je pouvais trouver, par exemple, un serrement dans ma poitrine qui était relié à une dispute avec mon colocataire trois jours avant. Ce n’est que lors de ma session d’Auto Accompagnement que j’ai réalisé à quel point quelque-chose en moi s’était senti blessé, à cause de cette dispute. Cette partie blessée de moi avait encore besoin d’attention, et c’était bien, je pouvais le faire par l’Auto Accompagnement.
Mais cela n’aurait-il pas été bien, me suis-je dit, de reconnaître ma réaction plus tôt… juste après la dispute peut-être, ou même, idéalement, pendant !
Je ne peux pas dire à quel moment, ou quel jour, j’ai réalisé que je commençais à utiliser l’Auto Accompagnement dans la vie, plutôt que juste durant ces moments particuliers lors des séances d’Auto Accompagnement. Mais c’est arrivé, et maintenant je sens que réellement « je vis une vie en Auto Accompagnement ». Oh oui, bien sûr, il y a des moments où je perds le contact avec cette connaissance intérieure qu’apporte l’Auto Accompagnement. Mais ils sont moins nombreux, et de plus en plus espacés.

Mais cela n’aurait-il pas été bien, me suis-je dit, de reconnaître ma réaction plus tôt… juste après la dispute peut-être, ou même, idéalement, pendant !
Je ne peux pas dire à quel moment, ou quel jour, j’ai réalisé que je commençais à utiliser l’Auto Accompagnement dans la vie, plutôt que juste durant ces moments particuliers lors des séances d’Auto Accompagnement. Mais c’est arrivé, et maintenant je sens que réellement « je vis une vie en Auto Accompagnement ». Oh oui, bien sûr, il y a des moments où je perds le contact avec cette connaissance intérieure qu’apporte l’Auto Accompagnement. Mais ils sont moins nombreux, et de plus en plus espacés.

Voici dix façons dont les gens
peuvent utiliser l’Auto Accompagnement dans la vie quotidienne.

Certaines viennent de nos propres expériences, d’autres sont des histoires que nous ont racontées des amis et des collègues. Je suis sûre qu’il existe plus de dix façons, et en partant de celle-là, vous en trouverez probablement beaucoup d’autres. Communiquez-les-nous…

1 - Aïe, ça fait mal !

Avant l’Auto Accompagnement, je ne remarquais pas ce qui me faisait mal – mais ça me faisait toujours mal. Un ami ne m’a pas invité à sa soirée, un enseignant a complimenté le travail d’un autre étudiant, mon père m’a dit que j’avais pris du poids. Dans ma famille c’était : ne remarque pas, ne dis pas, ne fais pas de vague. Peu après 20 ans, je n’avais pas conscience de mes propres sentiments, à moins qu’ils ne soient agréables et « gentils ».
Lorsque j’ai commencé à pratiquer l’Auto Accompagnement, j’ai commencé à découvrir des blessures du passé, des endroits en moi qui avaient des contusions dont je n’avais pris conscience quand ils s’étaient produits.
Mais lorsque l’Auto Accompagnement est vraiment entré dans ma vie quotidienne, j’ai concrètement observé une de ces bosses lorsqu’elle s’est produite. « Aïe, ça fait mal ! » Que je l’ai dit fort ou non est moins important que le fait que j’ai su et reconnu comment je me sentais… et cela m’a permis d’être de nouveau plus en lien avec moi-même.

Connaître et reconnaître comment
vous vous sentez peut faire une grande différence.

2 - Quelque-chose ne va pas

Parfois, un ressenti corporel peut nous dire que quelque-chose ne va pas.
Un ami m’a raconté qu’une fois il était dans son atelier de menuiserie, sur le point de commencer à travailler sur une armoire. Le bois était acheté, et il allait faire la première coupe. Mais il a hésité.
Il avait un ressenti corporel : « quelque-chose ne va pas ». Son esprit logique disait « oh, vas-y, tu l’as déjà mesuré deux fois ». Mais le ressentir corporel était persistant. Bien sûr, lorsqu’il a à nouveau vérifié, les longueurs étaient fausses, et la coupe aurait ruiné tout le projet.
Une fois, lorsque je quittais une chambre où j’avais séjourné aux Pays-Bas, j’ai eu un fort sentiment que je devais faire le lit. Mon esprit logique a dit « pourquoi ? Il devront changer les draps de toute façon ». Mais chaque fois que je passais devant le lit, je me sentais attiré à le faire. Donc je l’ai fait – et j’ai trouvé mon journal intime que j’avais laissé sous l’oreiller et que j’aurais oublié.

Faites attention à vos ressentis corporels
…ils ont beaucoup à vous partager !

3 - Laissez-moi vérifier...

Laissez-moi vérifier que c’est quelque-chose que je peux faire… Avant, j’aurais dit Oui à n’importe quelle demande. Prendre soin de vos plantes pendant que vous êtes en vacances ? Participer à un autre comité ? Rédiger le compte-rendu de la réunion ? Amener des gâteaux ? Oui, bien sûr, avec plaisir. Avant l’Auto Accompagnement, je ne savais rien d’un endroit à l’intérieur de moi où je pourrais vérifier si la demande me convenait vraiment. Donc j’étais « gentille » et je disais toujours Oui.
Il a fallu plusieurs heures d’Auto Accompagnement avec la partie de moi qui ressentait que ça n’était pas OK de dire non aux gens. J’ai fini par comprendre qu’honorer mes propres besoins honorait aussi la personne qui me demandait le service. Faire une pause suite à une demande et ressentir ce qui est vraiment juste pour moi est devenu une seconde nature. Maintenant, lorsque je dis Oui, je le fais de tout mon cœur.

Parfois dire Non est
important pour votre bien-être…

4 - J'ai besoin de temps

Avant l’Auto Accompagnement, je pensais que je devais rester dans une interaction émotionnelle, comme lors d’une dispute avec un amoureux, quoiqu’il arrive. J’étais contrariée, et je disais des choses que je regrettais avoir dites, venant en partie d’un ressenti d’avoir été prise au piège dans la discussion. Après avoir appris l’Auto Accompagnement et l’avoir pratiqué pendant un certain temps, j’ai découvert que j’avais le droit de dire : « j’ai besoin de temps pour intégrer ce que tu dis et trier mes ressentis ». Parce-que j’honorais mon propre droit de faire cela, je me sentais toujours connectée à l’autre personne, et elle pouvait ressentir cela…donc ma demande ne lui faisait pas trop peur.
Parfois, le temps demandé était réellement une minute, durant laquelle je fermais les yeux et ressentais là, dans la pièce. Et parfois cela prenait le temps d’une promenade ou d’aller dans ma chambre, pour un temps plus long. Une fois de retour dans la discussion, le temps pris pour entrer en contact avec moi-même a toujours été bénéfique.

Honorez votre droit à faire une Pause afin de
vous sentir connecté à vous-mêmes et aux autres…

5 - J'ai changé d'avis

J’ai dit à une personne qu’elle pouvait venir vivre avec moi. Puis les choses ont changé. J’ai essayé de tout arranger, mais le ressenti corporel continuait de dire ‘non’.
Expliquer cela à l’autre personne a été une conversation difficile durant laquelle j’ai fait beaucoup d’écoute. Puis nous avons toutes deux fait une pause (voir point 4). Le jour suivant, mon amie était radieuse. Elle avait trouvé un endroit merveilleux par elle-même. Le fait que je sois en contact avec mes besoins l’avait aidé à faire un grand pas pour elle-même.

Il est possible, OK de changer de cap
faites confiance à votre ressenti de ce qui est bon pour vous.

6 - Ce qui semble juste

Qu’est-ce qu’il vous semble juste de faire ensuite ?
Les experts en organisation disent souvent qu’il est préférable de planifier votre journée la veille, et d’identifier les choses les plus importantes à faire. Mais avec l’Auto Accompagnement dans la vie, ressentir ce qui est le plus important peut se faire instant après instant.
Combiner la planification et le ressenti de ce qui semble juste est une excellente idée. La veille, ressentez ce qui est la tâche la plus importante pour le lendemain matin. Puis, le matin, commencez par celle-là, et ressentez ensuite ce qu’il vous semble juste de faire ensuite. De cette façon, vous serez à la fois discipliné et souple, le meilleur des deux mondes.

Oui, vous pouvez ressentir ce qui semble juste
instant après instant tout au long de la journée.

7 - Que devrais-je apporter ?

Quel devrais-je apporter à mon ami comme cadeau ?
Choisir et acheter (ou fabriquer) des cadeaux pour les gens est tellement plus amusant et plus satisfaisant maintenant que j’utilise l’Auto Accompagnement. Je me mets en contact avec un sentiment global de la personne, et je me promène avec pendant quelques jours, vérifiant de temps en temps. Lorsqu’une idée vient, je vérifie si elle correspond au ressenti corporel de ce qui est juste. Souvent, ce qui se passe, c’est que plutôt que de voir un cadeau spécifique, je vais me sentir attirée par un magasin en particulier, avec un ressenti que je trouverai quelque-chose là. C’est étonnant comme cela s’avère souvent vrai.

Votre idée de cadeau…, vérifiez pour voir
si elle correspond à votre ressenti corporel de ce qui est juste.

8 - De quoi cela a-t-il besoin ?

De quoi ce projet créatif a besoin ?
En dehors de mon travail, ma créativité s’exprime en ce moment dans la conception et le tricot de chandails pour mes nombreux neveux et nièces. Mais ce conseil marche pour tout type de créativité : écriture, peinture, sculpture, conception de bijoux, jardinage paysager… C’est cela : cela semble tellement mieux de ressentir quoi faire ensuite que d’essayer d’y penser logiquement. Comme tous les usages de l’Auto Accompagnement, cela demande une pause, s’arrêter pour ressentir plutôt que se précipiter.
« Hmmm… habituellement nous tricoterions des doubles cotes ici… mais il semble que cette forme n’est pas bien pour ce fil et cette personne… peut-être faire du jersey inversé… non, cela ferait s’enrouler la bordure … et quid d’un point de jarretière… Oui, ça semble bien, essayons cela. » Une fois que j’ai essayé ma nouvelle idée, je fais à nouveau une pause, pour vérifier si cela marche réellement comme je l’avais ressenti. Il se peut que je continue, ou bien je pourrais avoir besoin d’ajuster ce que je fais.
Ce rythme, de faire des pauses, ressentir, faire, puis faire une pause et ressentir encore, est comparable à ce qui se passe lors d’une session d’Auto Accompagnement lorsque nous trouvons un mot ou un symbole pour décrire ce que nous ressentons… et que nous vérifions à nouveau si le mot est juste.

Il y a rythme à tout cela – faire une pause,
ressentir, puis faire une pause et ressentir à nouveau

9 - Ne commençons pas tout de suite

Ne commençons pas tout de suite – cela ne semble pas complet.
Avant l’Auto Accompagnement, je ne savais pas m’asseoir à une réunion et suivre mes propres ressentis corporels à propos des discussions et des décisions prises. Au moment où j’ai rejoint un comité associatif à but non lucratif dans les années 90, j’avais appris à faire confiance à mon propres processus intérieur. Et je me retrouvais à dire, lors de réunions de prise de décision : « Ne commençons pas tout de suite – quelque-chose à ce sujet ne semble pas complet ». J’ai découvert qu’une fois que j’avais dit cela, il y avait toujours au moins une personne qui hochait la tête, ayant ressenti quelque-chose de similaire. Nous pouvions alors rester avec le ressenti corporel de ce qui se sentait « arrêté » ou « incomplet » concernant la décision, et le résultat final était plus solide, plus approfondi – en fin de compte une meilleure décision.

Autorisez-vous à remarquer & ajuster
ce qui vous semble incomplet

10 - Je n'ai vraiment pas envie de cela

Je n’ai pas vraiment envie de cela maintenant.
Nous ne pouvons pas énumérer les différentes façons d’utiliser l’Auto Accompagnement dans la vie quotidienne sans mentionner celle-ci. Ressentir si j’ai faim, et de quoi j’ai faim, est un usage important de la conscience par l’Auto Accompagnement. Il se peut que je découvre que ce dont j’ai envie n’est pas de la nourriture. Peut-être est-ce de confort émotionnel ou de me faire plaisir. Ou peut-être n’est-ce pas vraiment pour cette nourriture-là, mais quelque-chose d’autre. Après avoir fait une pause, j’ai vraiment pu faire la différence.

Prenez le temps de prendre conscience de ce que vous
voulez vraiment afin de vous donner ce dont vous avez besoin.

Maintenant que nous avons répertorié Dix Façons d’Utiliser l’Auto Accompagnement dans la Vie Quotidienne, je suis sûre que vous pouvez ressentir qu’il y en a beaucoup d’autres. Ce qu’elles ont toutes en commun, c’est que nous faisons une pause au milieu de la vie, pour un moment, pour ressentir l’ensemble de la situation dans laquelle nous sommes. C’est cette pause qui est la clé. En faisant une pause, vous pouvez ressentir. Et lorsque vous ressentez, vous avez plus de choix.
C’est ce que j’aime dans l’Auto Accompagnement dans la vie quotidienne : le ressenti de l’autonomie et du choix que j’ai maintenant – et le ressenti que je suis plus pleinement présent dans ma vie.

SOYEZ
plus pleinement présent dans votre vie

 

L'Auto Accompagnement en Pleine Présence
change les Vies

 

Des questions, besoin d'en savoir plus ? Nous contacter...